On discute ? Une semaine sans maquillage : mon ressenti.

Bonjour les filles !

Récemment, j’ai testé le « no makeup day », et ce sur une semaine. Un test aussi important pour ma peau que pour moi dont il me tient à cœur de vous parler sur le blog. En effet, à l’heure où fusent des contourings de n’importe quelle partie du corps sur instagram et où les blogueuses en viennent à nous conseiller de mélanger « son déo et son huile » pour obtenir un teint parfait, moi, j’ai décidé de ralentir la cadence. Cet article se compose de deux parties : une porte sur l’amélioration de ma peau, l’autre sur mon ressenti psychologique.

13342217_1192584530760680_61548361_n

Petit disclaimer : bien sûr, cet article est très personnel et peut-être qu’il ne parlera qu’à quelques unes d’entres vous tandis que d’autres ne se sentiront pas concernées par ce dernier, tout du moins pour la partie « amélioration de la peau » : car ma peau à moi, sans être catastrophique, présentait quelques imperfections (j’approfondis par la suite) ; rougeurs et aspect brillant en fin de journée. Concernant la partie psychologique, cet article est donc le fruit d’une réflexion et constatation personnelle, et je conçois pleinement que certaines n’ai aucuns problèmes concernant leur port du maquillage. 

Un rapide bilan de ma peau s’impose avant de vous parler de mon ressenti face à une semaine de liberté pour mon visage : j’ai une peau qui varie selon mes hormones .. Peut-être que beaucoup de filles se reconnaitront si je dis que selon ma pilule et fort malheureusement, je n’ai pas la même peau ? Récemment, j’ai abandonné une pilule pour reprendre la toute première que j’ai connu, elle est micro-dosée et j’avais pour souvenir  le seul désagrément d’une peau assez grasse, avec quelques boutons « incontrôlables » .. Alors voilà, je pensais être de nouveau condamné à un maquillage constamment élaboré, parce que je suis quelqu’un qui tient plutôt à l’aspect d’une peau nette, à un visage éveillé, à un joli regard.

Capture d’écran 2016-06-02 à 14.54.59

Concernant l’amélioration de ma peau :

Tout d’abord, le déclic s’est fait seul : un matin, après avoir appliqué ma crème de jour et pinceau à fond de teint en main, j’ai bloqué devant mon miroir : « mais, c’est pas si mal que ça ce matin .. pourquoi je couvrirais ma peau ? », j’ai donc conclu mon passage à la salle de bain par un coup de brosse et ai passé ma journée sans un seul trait de maquillage. Je suis sortie dans la rue, j’ai bu un verre, j’ai fais ma vie.. En me sentant bien, et ce au naturel. Quelques coups d’oeil par ci par la dans une vitrine, dans le rétro de la voiture : « mais c’est ouf chéri, j’ai pas l’air d’un zombie ! ».

En ne me maquillant pas sur une première journée, j’ai fais le constat que c’est en partie le port du fond de teint qui rend ma peau imparfaite et étouffée à la fin de la journée et que sans, elle en ressort plutôt normale. En y réfléchissant, je me suis dis que ma peau n’était peut-être plus acnéique, les imperfections n’étaient donc plus une fatalité si je traitais ma peau correctement, sans camouflage quotidien. L’idée de tester l’arrêt du maquillage m’est donc paru évidente. Et au delà de l’idée d’un test sur mes imperfections, je me suis demandée tout simplement comment je pouvais me sentir la peau nue, moi qui me maquille quotidiennement depuis mes 14/15 ans ? Alors voilà, j’ai fais le test pour mieux comprendre :

Vendredi : le premier jour, celui où je sors sans maquillage sans raisons, juste parce que je n’en ai pas ressenti le besoin et où ma peau semble plus légère, sûrement que le soleil ce jour-là joue beaucoup sur ma bonne mine.
Samedi : Toujours le même constat, il fait beau, je me sens donc lumineuse sans fond de teint malgré le fait que ce soit un jour d’espacement entre mes shampoings (je trouve que l’effet cheveux gras accentue l’effet d’une peau imparfaite). J’ai l’impression de prendre le soleil et d’avoir la peau ressourcée et un peu plus dorée à la fin de la journée.
Dimanche : Une routine bien plus rapide et moins casse-tête, je commence à m’y habituer, ma peau semble nette, aucuns boutons à l’horizon et des pores moins visibles.
Lundi : Nuit courte, jour de pluie et pas de shampoing … Mon visage me semble un peu plus terne et je regarde du coin de l’oeil ma trousse à maquillage.. Je décide finalement de gommer et d’hydrater ma peau plus que d’habitude, je m’attache les cheveux et m’autorise un léger coup de mascara. Ca passe !
Mardi : Zéro boutons, une peau plutôt nette, je fais abstraction de quelques rougeurs : je m’habitue au non port du maquillage, et j’apprécie.
Mercredi : Je gère désormais mieux le no makeup day par temps grisâtre, ma peau est toute douce et j’arrive à me sentir lumineuse malgré tout, chéri me fait remarquer que j’ai une jolie peau : toujours aucune envie de me maquiller.
Jeudi : Dernier jour. La douche a temporairement fait ressortir quelques rougeurs et je me concentre un moment dessus devant le miroir. Je fais la moue, je tripote, et je suis prête à craquer sur un peu de correcteur. Au final, je m’éloigne un peu du miroir et tente de me raisonner : de loin, je ne comprends soudainement pas ce que je me reprochais il y a deux minutes et j’oublie l’idée du correcteur, en comprenant que se concentrer sur mes détails négatifs me poussent à ne pas observer le positif : toujours pas de boutons, des cernes très peu marquées, une bouche bien hydratée..

Montage 1.jpeg

Bilan :

J’ai été très étonnée de voir que sans maquillage, ma peau est resté relativement clean toute la semaine, sans un seul bouton, et j’ai clairement compris que c’était grâce à mon test. Sortir avec une peau sans maquillage est un geste que je compte quotidiennement adopter, pour mon bien-être, parce qu’au delà d’être un test d’observation sur ma qualité de peau, j’ai aussi réussie à aller plus loin dans ma démarche et à me sentir jolie (voir la partie psychologique plus bas).
Le tout selon moi, c’est de se concentrer sur autre chose que le maquillage pour se faire jolie, en essayant peut-être de soigner sa coiffure plus que d’habitude, afin de ne pas accentuer l’éventuel côté terne d’un matin difficile.
C’est aussi de ne pas hésiter sur les soins : un gommage doux le matin pour illuminer, une crème riche voir un sérum pour qu’elle paraisse bien nourrie, un tonifiant, des sourcils épilés et biens définis (n’explosez pas de rire, je vous promets que ça fait la différence !) ..

13342467_1192584600760673_1087199105_n_Fotor

Concernant le point psychologique :

Le gros avantage de ce nouveau geste, c’est de parvenir à s’accepter pour ce qu’on est vraiment (surtout si l’on cherchait vraiment à camoufler quelque chose) : compliqué pour nous les filles, de plus en plus confrontées à toutes ces techniques pour « s’embellir » qui se multiplient et qu’on voit partout, tout le temps. Se sentir belle sans artifices est extrêmement important à mon sens, ne plus/peu se maquiller permet de sortir de cette spirale « j’étouffe ma peau de maquillage – elle a des imperfections – donc je la camoufle encore de maquillage – elle a encore plus d’imperfections etc.. ».

Capture d’écran 2016-06-02 à 14.54.48.png

Ma démarche n’a pour le moment pas de visées bio, ni vegan etc.. Non pas que je ne considère pas ces concepts, concernant lesquels je m’instruis d’ailleurs beaucoup en ce moment. Mais c’est plutôt dans un premier temps l’objectif d’une acceptation de soi-même. J’utiliserais forcément un correcteur le jour où j’aurais un joli bouton sur le menton, ou encore ma palette à smoky si j’ai une soirée et ce avec plaisir, mais au quotidien, j’ai envie de parvenir à quelque chose de plus simple, qui soi vraiment moi. J’ai justement envie d’un nouveau rapport avec le maquillage : je n’appréciais plus mon trait d’eye-liner tellement il était quotidien, pour moi il faisait partit de mon visage, c’était une habitude et je ne le remarquais même plus. Dorénavant, j’ai envie que le jour où je porte un trait d’eye-liner soit différent des autres, tout comme le port d’un rouge à lèvre rouge ; que ce soit un maquillage qui pour moi soit spécial, réfléchis et non plus automatique.

Merci de m’avoir lu, je n’ai jamais écris d’articles aussi long mais il me tenait à coeur, j’ai mis du temps à le construire, à en être satisfaite. Alors pour conclure, je vous conseille réellement de tester l’expérience, tout du moins si vous vous êtes reconnues en mes termes. Une journée, deux ou une semaine, juste pour voir, pour constater et réaliser que sans make-up ou peu, vous êtes peut-être différente mais aussi jolie.

Je vous embrasse, La Plume Grise.

Publicités

3 thoughts on “On discute ? Une semaine sans maquillage : mon ressenti.

  1. Tu es tellement jolie que je ne doute pas que tu te sois sentie bien sans maquillage ♡ Nous maltraitons tellement notre peau, tu as bien raison! Pourtant sortir sans une pointe de mascara ou de poudre me semble impensable à force de voir toutes ces jolies filles tout le temps parfaitement maquillées ahah. As tu poursuivie cette « non » routine beauté de temps en temps ?
    Bisous ma jolie

    Aimé par 1 personne

  2. Coucou !

    Très intéressant cet article, pour ma part jai du mal à franchir le pas (même si je me maquille très peu). Alors tu es devenu une adepte du no make ou depuis cet article ? Ou tu as repris tes habitudes ?

    À bientôt,

    Bonne continuation !

    Klaramood

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s